Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 13:20

 



naissance de la Mini :

     En 1955, du fait de la crise du canal de Suez, le haut responsable de la British Motor Corporation Sir Leonard Lord demande à Alec Issigonis, Lam et Laurence Pomeroy de concevoir une voiture économique. Chacune de ces personnes commande une petite équipe et réalise un projet, celui retenu sera celui d'Alec Issigonis. en 1957, le premier prototype est construit, il s'agit d'un véhicule à moteur en position avant, avec le ventilateur côté droit, d'une cylindrée de 948 cm³. Il atteignait la vitesse de 145 km/h.
     A cette époque, les voitures les plus vendues en Europe (Renault Dauphine, Fiat 500, Volkswagen coccinelle) étaient des propulsions avec le moteur à l'arrière du véhicule, mais Alec Issigonis préférait les Citroën qui étaient des tractions, et orienta les mini dans cette voie.
     Pour ne pas avoir à concevoir un nouveau moteur, c'est celui de la Morris Minor qui sera utilisé. Au passage, celui-ci est associé à une boite de vitesses qui sera placé en position transversale et sous le moteur.
     Des roues de 10 pouces seront montées sur la voiture, ainsi, 80% de la longueur de la voiture est destiné à recevoir les passagers et le coffre.
    
chronologie :

     En 1959, la mini est lancée, les débuts sont assez décevants, seul 20.000 exemplaires furent vendu dans les 8 premiers mois. La mini ne possède aucune image, et les clients potentiels sont méfiants du ait du prix peu élevé pour une voiture si innovante. Elle mettra à peu près un an pour se faire connaître. son principal atout était sa petite taille et sa maniabilité, très pratique dans un Londres qui commençait alors à s'encombrer.
     En 1967, la mini, vendue à 250.000exemplaires par an en Europe, reçoit un léger restylage : la calandre est redessinée, la lunette arrière est plus large, elle reçoit des nouveaux phares et un choix est désormais possible sur les motorisations : 848cm3 ou 998cm3 : c'est la mini MKII
     Du fait de la notoriété de la mini, BMC stoppe le projet de sa remplacante dirigé par Alec Issigonis qui fut au passage anobli par la reine d'Angleterre pour la création de la mini.
     En 1969, la mini est à nouveau restylée et commercialisée uniquement sous la marque "mini". A partir de cette version, le moteur (850 ou 1000) défini d'office le niveau d'équipement. De plus, la suspension hydrolastique est remplacée par un suspension sèche pour réduire les coûts, et le retour du leviers droit sur les Cooper, avec la synchronisation totale de la boite de vitesse. On parle alors de la version MKIII
     Après l'arrêt de production des mini 850, la 1000 assure a elle seule les ventes, grace à des séries limitées de plus en plus nombreuses et offrant un meilleur équipement.
     En 1985, la mini troque ses jantes 10"" par des jantes 12"", elle est alors officieusement appelée MKIV par les anglais.
     En 1992, une nouvelle gamme est lancée, un nouveau moteur est disponible : le 1.275cm3 de la Cooper, le carburateur reste un an avant son remplacement par l'injection en 1993.
     La mini disparaît en 2000, après 41 ans de carrière, durant laquelle elle sera vendue sous plusieurs marques différentes : Austin, Morris, MG, Woleseley, Riley, Leyland, et Innocenti sous licence

La mini dans les compétitions automobile :

     En 1960, BMC décide d'inscrire six voitures au rallye de Monte-Carlos, 6 mois après le début de la commercialisation de la mini. La meilleure Mini n'arrivera que 23ème, BMC retente sa chance en 1961, mais cette fois si ce sera pire, aucune des trois voitures inscrites ne franchira la ligne d'arrivée.

     John Cooper, créateur de la formule 1 à moteur central, se propose pour équiper les mini. Il augmente la cylindrée du moteur à 997cm3, il augmente le taux de compression, il installe deux carburateurs et modifie l'échappement. La puissance du moteur passe de 34Ch. à 55Ch.
     De plus, il installe des freins à disque en remplacement des freins à tambours, au final, la mini pèse 620kg.

     En 1962, BMC inscrit deux mini au Monte-Carlos, le pilote Aaltonen échappe à la mort lorsque sa mini s'enflamma.
     En 1963, BMC inscrit 4 mini, et cette fois ci sera la bonne, Aaltonen remporte l'épreuve de la catégorie et se classe 3ème au général, suivi de celle pilotée par Hopkirk, 2ème de sa catégorie et 6ème au général.

     BMC décide de créer une version encore plus sportive de la Mini, toujours avec l'aide de John Cooper : ce sera la Mini Cooper S, d'une cylindrée de 1.071cm3, 70Ch et capable d'atteindre la vitesse de 160km/h.

     En 1964, BMC lance trois mini, et l'une d'entre elle termine 1ère au classemnt général, ceci grace à l'excellente agilitée de la mini.
     En 1965, édition difficile puisque seulement 35 voitures arriveront à rallier l'arrivée, les mini réalisent un triplé. Cependant, elles seront disqualifiées toutes les trois à cause de phares non conformes au règlement, tout comme la Lotus Cortina, arrivée 4ème. Au final ce sera une victoire de Citroën.
     En 1966, BMC pris sa revanche et remporte une nouvelle fois l'épreuve.

Partager cet article

Repost 0
Published by alexrenault - dans autres
commenter cet article

commentaires