Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 12:58

 

          Combien de fois vous ais-je répété qu'une épave est difficile à trouver ? Beaucoup, je crois, mais c'est tellement vrai, et le cas se répète quasiment à chaque fois, et c'est le cas avec l'épave de cet article, qui se trouve à quelques mètres d'une route de campagne, mais se trouve cachée par le feuillage des arbres qui la recouvre.

 

 

 

          Ainsi, voir cette épave lorsqu'on se retrouve à bord d'une voiture sur la route en question, il est quasi-impossible de la repérer, et pour la voir, il faut passer lentement, soit en vélo, ou encore mieux, à pied, chose peu fréquente sur une route, qui est assez perdu je dois vous avouer.

 

 

          Pour cet article, l'épave en question est une Simca Aronde, une des premières version (enfin pas tout à fait, c'est ce que nous allons voir), version qui se reconnaît par son avant et arrière bien spécifiques. Commençons pas la face arrière, qui a des ailes bombées, ainsi que des feux spécifiques et qui ne sont pas totalement encastrés dans l'aile.

 

 

         Pour la face avant, cette Simca Aronde a une calandre en arc de cercle, ce qui signifie que cette voiture a été produite entre 1954 et 1955, seuls millésimes portant ce type de calandre. Les Aronde les plus anciennes, c'est à dire produite entre 1951 et 1953, avaient une calandre avant en "escalier", seul changement notable.

 

 

         Comme vous pouvez le constater, les photos de cette Simca Aronde ne sont pas d'une grande qualité, l'espace autour de cette épave est assez limité et il faut batailler avec la nature pour avoir quelques angles de vue intéressants. Mais il s'agit là d'une nature qui reprend petit à petit ses droits sur cette voiture, qui est là depuis quelques décennies au vue de la rouille, et des roues qui commencent à être englouties par les feuilles mortes...

 

 

          L'intérieur a été en parti dépouillé, il ne reste plus que quelques chromes et le volant. On remarque le tableau de bord qui est par endroit très attaqué par la rouille. Même le moteur n'est plus là, alors que certaines pièces aurait pu être récupéré, ce qui laisse présager que cette voiture a été récupérée pour son moteur...

 

 

            Sur les deux photos encadrant ce paragraphe, on remarque que les chromes Simca sont fidèles à eux même, entièrement rouillés. Chose peu étonnante lorsque l'on connaît la qualité de ces chromes, qui étaient quasiment piqués à la sortie du concessionnaire, c'est pour dire ... On note les feux qui ne sont pas cassés, chose peu courante sur une épave.

 

 

_____________________________________________________________________________________________

 

null  Retour à la page des épaves  null 

Partager cet article

Repost 0
Published by alexrenault - dans autres
commenter cet article

commentaires

Alexandre 07/03/2016 17:37

Chers amis de la voiture ancienne je vous envoie le bonjour.

Je souhaite vous faire part de l'ouverture de mon nouveau lavage auto dans le 15 ème arrondissement de Paris.

Situé au 26 villa croix Nivert, Je me spécialise dans le nettoyage des voitures anciennes.

Vous trouverez mon site à l'adresse suivante: http://american-car-wash.com

A bientôt.

Alexandre.

épavart 02/01/2014 11:26


Juste sublime cette épave, loin des écolocons et des ferrailleurs irrespéctueux !


 


Quelle reste encore longtemps le témoin d'une époque révolue.


 


épavart

Hervé ALLAIN 16/12/2011 18:42


Vos articles sont intéressants,... en revanche, il est faut de dire que les chromes des SIMCA, ne tiennent pas dans le temps,... si toutefois ils ont été entretenu, depuis la sortie d'usine du
véhicule ! Le seul endroit susceptible de se "piquer", est la face inférieure, du pare-chocs arrière, proche de l'échappement.

alexrenault 21/12/2011 02:25



merci à vous pour ce commentaire sympathique ! Il est vrai qu'avec de l'entretient, les chromes Simca durent dans le temps, il en est de même avec tout les chromes, quelque soit la marque, mais
chez Simca, l'entretient était obligatoire pour éviter qu'ils ne se piquent ...



Gérard 17/08/2011 21:56



A vrai dire j'ai jamais trouvé d'épaves " sauvage" depuis que je m'interresse à l'automobile... Juste des souvenirs dans les années 80 dans le sud de la france mais en Alsace c'est vachement rare
.



alexrenault 18/08/2011 11:51



je comprend, mais les épaves sont de plus en plus rare, la faute dans un premier temps aux ferrailleurs qui en ont viré pas mal, puis maintenant aux pseudo-écologistes, où dans certaines régions,
leurs arguments sont acceptés ...



Gérard 16/08/2011 21:28



Très belle trouvaille . Bravo pour l'article .


T'es un champion pour dénicher les épaves ! encore une fois bravo .



alexrenault 17/08/2011 14:56



Merci beaucoup, sa fait plaisir de voir de lire de tel commentaire !!