Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 20:37

 http://staticclub.caradisiac.com/1/loisir/chasse-tresor/photo/409416409/4477216a48/chasse-tresor-citroen-u23-1-img.jpg 

 

               Le Citroën U23 est le dernier utilitaire sorti du vivant d'André Citroën, mais à une époque où il n'était plus aux commandes de sa firme, début 1935. Reprennant le moteur de la Traction, toutefois monté à l'envers pour mettre en mouvement des roues arrières, cet utilitaires de 1,5 tonnes de charge utiles, 2,3 de charge totales (d'où U23) est très moderne pour son époque, et peut plafonner jusqu'à 70km/h ! Petit à petit, le U23 deviendra l'un des voitures emblématiques de la France, et nombre d'exemplaires parcourent les routes du pays, et en 1939, l'armée en commande 12.000 ! Après guerre, il fut l'un des premiers véhicules a être relancé sur les chaines de productions et continue jusqu'en 1953, année où s'opère un changement de cabine, qui fera perdurer le U23 jusqu'en 1969 ! Avec 35 années de production, le U23 figure dans les records de longévités de la marque aux chevrons ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by alexrenault - dans photo du jour
commenter cet article

commentaires

2cv54 08/03/2014 21:52


bonsoir Alex. Il n'est pas un film relatif à la 2ème guerre mondiale où l'on ne voit pas de U 23. Cette cabine 1er type a eu 3 sortes d'ailes différentes. Mis à
part, la cabine pour l'année modèle 1954, il y a aussi la cabine semi-avancée sortie en 1958. L'allure générale est la même que pour la cabine type 2, mais avec un capot-moteur beaucoup plus
court, puisque le moteur empiète dans l'habitacle. les portes sont du type "suicide" sur ce modèle. On peut en voir un jaune et noir dans le film "trafic" de Jacques TATI(1970) . Sur la base du
chassis U23, Heuliez a aussi construit des fourgons tôlés ou des minibus sous le nom "carrosserie Robustacier". Dans mon village, de la fin des années 50 jusque en 1971, un bus de ce type
assurait le ramassage scolaire vers le collège de Baccarat distant de 8 km. L'ouverture de la porte latérale s'effectuait mécaniquement par un levier situé à gauche du conducteur. Sur la version
ramassage scolaire, les sièges étaient dans le sens de la longeur: 1 rangée contre chaque paroi de la carrosserie et 2 rangées dos à dos au centre, le tout en fer et sans aucun revêtement. Il n'y
avit aucun espace prévu pour loger les cartables et aucun chauffage, mais qu'est ce que je l'aimais ce bus. Je me rappelle que les 2 moteurs d'essuie-glaces, indépendants, étaient fixés
directement dans chacun des pare-brise. on pouvait utiliser les 2 essuie-glace ou un seul et leur levier de mise en route était directement sur le moteur. sur les cabines Robustacier, il y avait
aussi 2 vitres latérales en plexiglas. Je me rappelle du grand levier de vitesses coudé et du chant de sirène du pignon de 2ème, très caractéristique.  Le même syndicat de transport scolaire
utilisait aussi un type H rallongé, avec le pare-brise en 2 parties, les grands chevrons et bien sûr les ailes AR rondes. Sur le H on accédait par l'arrière. La porte était également commandée
mécaniquement par le conducteur depuis la cabine. La tringlerie passait tout le long de la caisse dans un tunnel type arbre de transmission. Ils étaient tous les 2 "vert chlorophylle" et ne
passaient pas inaperçus. Bon week-end