Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 11:58

 

      La Fiat X1/9 est une voiture de type spider, fabriquée entre 1973 et 1988. Elle connut durant sa carrière un énorme succès, y compris aux Etats-Unis, ou 70% des unité fabriquées partaient, ce sera au total, 174.000 exemplaires qui seront écoulés, un très bon score pour une voiture de cette catégorie.

 

 

     Cette X1/9 date de 1978, et se présente dans un très bel état, avec une peinture très année '70, un orange plutôt sombre, avec des autocollants noir en décoration sur toute la voiture. On regrettera juste les jantes alu qui ne sont pas d'origine.

 

 

      La ligne de la X1/9 était futuriste pour son époque, cette voiture devait rester à part dans la gamme de FIAT, d'ailleurs, son appellation : X1/9, n'est pas conforme aux standards de la marque de Turin afin que cette voiture reste quelque peu mystérieuse.

 

 

       Côté moteur, cette X1/9 utilise le quatre cylindres en ligne de 1.300 cm3 de la Fiat 128, celui-ci est en position centrale, inédit jusqu'alors que une Fiat. ce moteur développait 70Cv et permettait à la X1/9 d'atteindre 180km/h de vitesse de pointe.

 

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures italiennes
commenter cet article
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 12:10

 

       La Cooper T56 est une monoplace de promotion destinée à la formule junior en 1961. Le premier exemplaire courut en 1960. Elle se fera remplacer par la Cooper T59 en 1962.

 

 

       Cette voiture est exceptionnelle d'une part car il s'agit d'une monoplace. Ce qui compte le plus sur les voiture de ce type, c'est son palmarès, et malheureusement pour cette voiture, elle n'a jamais courue hors des formules juniors, formules de promotions pour les jeunes pilotes.

 

 

       Cette voiture à tout de même fait courir le pilote John Surtess quelques temps avant qu'il n'aille rejoindre la formule 1. Pour info, John Surtess deviendra champion du monde de formule 1 en 1964. cette voiture à également fait courir Roy Salvadori, vainqueur des 24 heures du Mans en 1959.

 

 

      Cette Cooper T56 date de 1961, et cette année là, les deux pilotes, Surtess et Salvadori étaient coéquipiers en F1 chez Cooper Climax, je pense donc que cette voiture ait servie de voiture d'entraînement aux deux pilotes durant la saison.

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures anglaises
commenter cet article
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 12:41

 

       La Ford Thunderbird est, à l'origine, une voiture sportive à deux places, conçue pour concurrencer la Chevrolet Corvette. Elle fut lancée en 1955 et devient un succès un Ford, avec 16.000 exemplaires vendus la première année. Jusqu'en 1957, date de la fin de la première série, il y aura en tout 53.166 exemplaires sortis des chaînes.

 

 

       Nous avons ici une Thunderbird de 1956, première génération de cette voiture légendaire, aussi bien pour Ford que pour l'automobile.. Comme toute celle de la première génération, celui-ci est un cabriolet, avec une banquette que laquelle peut prendre place trois personnes.

 

  

      Cet exemplaire se porte dans un superbe état, cette Thunderbird est totalement d'origine, que ce soit les éléments de carrosserie, que la peinture, et rien n'a été refait. Si elle est dans un tel état, c'est parce qu'elle a passé une bonne partie de sa vie dans un musée. mais cette exemplaire se démarque également par sa configuration, qui est européenne : compteur en kilomètres par heure, papier français, ... et le tout d'origine.

 

 

       Sous le capot, on trouve un bon gros V8, coutume sur les voitures américaines, sa cylindrée est de 5L. Ce moteur atteint 200CV, et permet la voiture d'atteindre 160km/h de vitesse de pointe.

 

 

 

      Le tableau de bord de la thunderbird est un véritable chef d'oeuvre, une bande en aluminium parcourt tout l'habitable, le compteur de vitesse est une bulle de verre, et de chaque côté, on a un équipement assez complet : compte tour, horloge ... De plus, la banquette de l'habitacle se règle électriquement : petit rappel : on est en 1956 ... le seul défaut de cet habitacle, c'est le volant qui est beaucoup trop grand.

 

 

      A l'intérieur de la malle du coffre, on retrouve ce papier indiquant les instructions en cas de crevaison, chose qu'on ne trouve plus sur nombre de Thunderbird qui on soit été repeinte, soit ce papier est parti au fils des chargements dans le coffre et des nettoyages.

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures américaines
commenter cet article
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 13:10

 

      La Panhard Dyna X est une automobile présentée en 1947, et tient comme particularité d'avoir une carrosserie totalement en aluminium, elle sera d'ailleurs la première voiture fabriquée de série avec carrosserie tout alu. Jusqu'en 1954, 47.000 exemplaires serons fabriqués, autant dire assez peu ...

 

 

        La Dyna X est déjà une voiture rare, l'exemplaire de cet article, une Dyna pick-up, est encore plus rare. Non, il ne s'agit pas d'une Dyna X à laquelle on aurait coupé l'arrière pour mettre une benne, mais belle est bien un pick-up "d'origine", elle fait partit des 142 châssis pick up livré aux carrossiers de 1951 à 1952. Vous l'aurez donc compris, l'arrière est l'oeuvre d'un carrossier.

 

 

      Cette Dyna X, type K187, date de 1951, et se présente dans un très bel état, elle a été entièrement restaurée par son propriétaire, et dans les règles de l'art, en même temps la rareté du modèle en vaut le coups. peinture comme à l'origine, y compris les jantes, la boiserie de la benne refaite, tout comme la bâche.

 

 

       Sous le capot, on retrouve la griffe de Panhard, un moteur bycilindre à plat de 745cm3, qui développe 33 chevaux à 5000trs/min, des chiffres qui paraissent de nos jours dérisoires mais qui était à l'époque assez important, pour preuve, la Dyna avait les meilleurs chiffres de performances dans sa catégorie, elle pouvait d'ailleurs s'offrir une pointe de vitesse à 120km/h.

 

 

      La caisse en bois avec deux ton de teintes rappelle les voitures de type "canadienne", et s'unit bien avec la voiture et sa peinture. Quant à la hauteur de la caisse, je trouve que c'est parfait pour ne pas transformer la Dyna en une camionnette, je trouve que la caisse avec sa bâche va dans le prolongement de la voiture. Côté pratique, la caisse de cette Dyna peut transporter 500kg de charge utile.

 

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________

  Retour à la page des Panhard   

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures françaises
commenter cet article
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 19:07

 

      La Lada 1600, ou plutôt 2103, puisque 1600 est la cylindré, est un modèle de voiture inspiré de la Fiat 124 qui fut produit de 1973 à 1984. Il s'agit d'une des voitures ayant fait la notoriété de Lada.

 

 

      Exterieurement, la Lada 2103 est dérivée de la Fiat 124, mais elle prend des air de Fiat 125 grâce a ses doubles phares et à la présence de chrome sur la calandre et sur les côtés.

 

 

      Cette lada 1600 est un véritable collector en France, peu d'exemplaires se sont vendus, et comme toute les voitures de cette époque là, la rouille attaquait quelques mois après l'achat de la voiture, et les Lada sont très sensibles à la corrosion, tout comme sa cousine de chez Fiat.

 

 

      Cet exemplaire a globalement échappé à la rouille, seul l'aile avant gauche est bien attaquée, pour ce qui est du reste, les bas de caisses sont à peu près corrects alors qu'ils ont tendance à se désintégrer ...

 

 

       Cette 1600 date de 1983, elle fait donc partit des dernieres séries de Lada 2103 produite, la fin de production date de 1984. Cet exemplaire a été acheté neuf en France et à peu rouler jusqu'à nos jours, d'où son état. Aujourd'hui, cette lada en est à sa deuxième main.

 

 

       L'intérieur est tout de même luxueux pour une Lada : fauteuils assez larges et rembourré, des garnitures de portes en tissu de la couleur des fauteuils, un tableau de bord garnis avec une montre , un compte tours, et recouvert de bois. Quant à l'espace, cette Lada en offre pas mal, aussi bien en largeur, longueur, que hauteur.

 

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures - autres pays
commenter cet article
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 17:10

 

     Avec les épaves, des fois, on peut faire des rencontres improbables, l'exemple avec ce J7 : déjà il est sur mon lieu de vacances de l'été, mais le plus improbable, c'est qu'il est dans une forêt gérée par l'office national des forêts (ONF), et donc qui nettoie sans cesse les bois qu'elle dirige.

 

 

     Dure dure de voir un J7 là dedans aux premiers abords, un tas de tôle à une vingtaine de mètre d'un chemin à attiré mon regard, surtout pour ces rainures sur la tôle rouge. En s'approchant, j'ai aperçut le passage de roue, et là, j'étais sûr qu'il s'agissait d'une épave, l'identification a été assez rapide, un fourgon avec des bandes rainurée, c'est soit un HY, soit un J7, et à la vue de la tôle du toit, l'erreur n'est plus permise.

 

 

     La première impression que l'on a en regardant ce J7, c'est qu'il a bien "morflé" tout de même. En même temps, il se trouve dans la fôret de la côte sauvage, donc sur du sable, et que l'on est à quatre kilomètres du bord de mer, l'air marin, chargé de sel à fait son oeuvre sur la carrosserie. Mais ce n'est pas là le seul élément qui à mis ce J7 en tas de tôle.

 

 

     En effet, sur la photo du dessus, ainsi que celle de dessous, on aperçoit une nette cassure, qui commence du coin de l'aile arrière gauche et va sur l'arrière du côté droit, ce J7 ne s'est donc pas effondré tout seul, quelque chose est tombé sur lui. Et cette chose, vous l'aurez deviner, c'est un arbre, comme vous pouvez le constater, la zone a été déboisée, on trouve des morceaux de bois à terre, et sur la première photo on aperçoit un tas de bois en arrière plan.

 

 

      On peut voir nettement, grâce à la photo du dessus, qu'il s'agit bel et bien d'un peugeot J7, par l'angle arrière du véhicule comportant le phare, dont ici il ne reste plus que l'emplacement.

 

 

       Le volant, l'aile intérieure, le centre de la roue, et en arrière plan, le moteur, le tout sous la même couleur : rouille, seul le volant, la partie en aluminium du moteur et l'aile intérieure n'ont pas cette couleur .

 

 

      Le moteur, élément assez rare sur une épave, celui-ci ne tournera plus jamais. J'admire les traces du temps : les trous sur le cache culbuteur, ainsi que la corrosion de l'aluminium. Seul quelques tuyaux en caoutchouc ont résister, ainsi que le ventilateur en plastique. Sur ce J7, tout les numéro de séries ont été enlevés, même les logos, plus aucunes traces pour l'identifier ...

 

 

     La seule chose qui soit restée sur la carrosserie, c'est cette autocollant du garage qui s'occupait du J7, et non il n'allait pas se faire réviser chez Peugeot, mais chez Renault. Au dessus, on devine la plaque d'immatriculation, qui elle aussi a été effacée.

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans autres
commenter cet article
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 15:01

 

      La Mini Moke, véhicule conçue tout d'abord pour l'armée qui demandait un petit véhicule léger, capable de transporter quatre hommes à une vitesse de 100km/h. Il passera un test au services des armées avec succès, ou ses qualités seront soulignées, cependant, le Moke n'ira jamais dans l'armée, à cause de sa garde au sol trop basse. BMC ayant beaucoup investit pour crée le Moke, une version civile sortira à place de la version militaire.

 

 

      La Mini Moke sera tout d'abord un véhicule utilitaire, proposé sous les marques Austin ou Morris, rien de changait entre les deux, sauf les logo. Pour des raisons économiques, le Moke reprendra la mécanique ainsi que les roues de la Mini.

 

 

      Le Moke de cet article est un des exemplaires fabriqué au Portugal, donc d'après 1983, et sous licence Rover. Cette Moke est dans un très bel état, et se présente sous sa forme utilitaire puisque celui-ci n'a que deux places.

 

 

    Sous le capot, on trouve un 4 cylindres en ligne en position transversal, qui developpe 37Ch, ce qui est largement suffisant pour les 580kg de la voiture.

 

 

     La production des Moke prendra fin en 1993, on compterait 50.000 moke sortit des usines, et malgrès ce chiffre, il est rare de trouver deux mokje identiques, de part le processus de construction qui changeait sans cesse, mais également à cause des lieu de production, puisque le Mokje fut produit tout d'abord en Angleterre, puis en Australie avant de revenir au Portugal.

 

 

      Immaginez le Moke sans bache, il ne reste plus rien en carrosserie, si ce n'est l'armature qui tient la bache et qui protège les occupants en cas de tonneau. La Moke n'est en fait qu'un chassis sur lequel on y a fixé des sièges, une toile sert de carrosserie et pour proteger contre la pluie les occupant : cela ne vous rapelle rien ? la 2CV biensûr, et je trouve que la Moke est la voiture qui incarne le mieux les paroles de pierre Boulanger : 4 roues sous un parapluie.

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures anglaises
commenter cet article
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 01:31

 

    Ces derniers jours, j'ai été vers La Palmyre (17) prendre quelques jours de vacances en bord de mer. En vacances, pas tout à fait, puisque même sur mon lieu de villégiature, je continue mon activité préféré : chasser les voitures anciennes.

En quatre jours, le résultat de cette chasse est au dessus de ce que j'espérais, quelques voitures anciennes, beaucoup de "youngtimers", quelques supercars, avec certaines voitures que je voyais pour la première fois.

 Cliquez sur les photos pour les agrandir.

 

Renault 4 F4 devant le phare de la courbe

 

Le voyage commence bien, à peine 80km de fait depuis Limoges, sur un parking de station essence, une Dyane.

nullnull 

Sur la route de l'aller et du retour :

Mercedes R129                                                                                   Citroën Méhari

Mini Moke                                                                            Renault 4 Sixtie's 

null

 

Et sur place :

Une magnifique 304 cabriolet sur le port de Royan

Toujours à Royan, une 2CV qui fait de la publicité du côté de l'embarcadère

Royan, La Palmyre ... un vrai nid de Citroën méhari, il y en a tellement que je n'ai pas pu tout prendre en photo

 Autre voiture assez courante, mais beaucoup moins que la méhari, la Renault Rodéo

Des touristes anglais de passage à Royan en TR3 et TR6

Une magnifique Innocenti Mini

Une Renault d'avant guerre, je pense à une monaquatre, mais sans certitude 

Du côté du casino de Royan, on trouve cette jolie Mercedes W116.

nullnull 

Une panther Lima dans une  rue de Royan

Au Mathes, entre les camping, il y avait une jolie Renault 5 Super Campus, une série limitée.

Du récent, mais rare, une FIAT Ritmo Cabriolet au port de la Palmyre

nullnull 

Une Renault 4 préparée pour le 4L trophy sur un parking de Royan

Encore une Renault 4, plus bien fraîche au nord de la Palmyre

null

Et un Volkswagen Combi T2 au même endroit le lendemain

Restons dans les Combi T2, celui-ci devant le Zoo de La Palmyre

nullnull 

Un taxi londonien qui n'a plus l'air de bouger au dessus du port de Royan

Un Toyota Land Cruiser en plein royan

 Une curiosité dans un camping, une Samba qui joue à la voiture italienne ...

un Volkswagen Combi T3 à côté de la cathédrale de Royan, avec une plaque du Costa Rica et un ché guévarra

Un C35 phase 1 carrossé par Gruau qui ventouse au port de Royan

Un bus qu'on ne croise plus de nos jours, un Saviem S53 reconverti en support publicitaire

 

Mais là bas, il n'y a pas que des voitures en état de rouler, on trouve aussi quelques épaves

Une Lancia Delta HF intégrale, dommage ...

Et en plein milieu d'une forêt épurée par l'ONF, un tas de tôle, il s'agit en fait d'un Peugeot J7 qui s'est éffondré sur lui même

 

Et en bonus, une supercar, une Audi R8

 

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans autres
commenter cet article
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 22:44

 

      La Simca1300 est une berline de moyenne gamme lancée en 1963 pour remplacer l'aronde vieillissante. Sa carrière s'arrêtera trois ans plus tard, non pas à cause de chiffres de ventes trop bas, mais à cause d'un restylage en 1966 qui transformera la 1300 et 1301 ...

 

 

      La 1300 est donc lancée en 1963 est c'est un net changement par rapport à l'aronde, la 1300 prend des airs de voitures italiennes, et se met dans l'air du temps : des lignes tendues, un habitacle spacieux et lumineux grâce à une grande surface vitrée.

 

 

     Malgré tout, la 1300 souffre d'un manque d'originalité au niveau de sa ligne, c'est ainsi que Simca précipite son restylage après trois années de carrière, en 1966, la 1301 remplace la 1300.

 

 

      La 1300 tire son nom de la cylindrée de son moteur, elle était équipée du quatre cylindres en ligne de 1.290cm3 provenant de l'Aronde P60. Le moteur est suffisant pour la voiture et reste bien assez nerveux, mais sa grande qualité reste sa fiabilité.

 

 

       Cette 1300 de 1965 est dans son état d'origine, la voiture a un peu de vécu, d'où la présence de quelques bosses sur la carrosserie, présence de rouille par endroit également, mais bon vu l'âge de la voiture, 45 ans tout de même ... Sinon la peinture est belle, légèrement passée. Le tout forme une voiture bien comme je les aime . 

 

 

 

      L'intérieur de la 1300 est très spacieux, et que l'on soit à l'arrière, ou à l'avant, il y a de la place. D'ailleurs, il y a tellement de place, et le fait qu'il y ait une banquette à l'avant, que la voiture peut accueillir six occupants.

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________

 

  Retour à la page des Simca  

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures françaises
commenter cet article
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 11:43

 

      La lancia Beta coupé a été présentée en 1973, soit un an après la berline, dont il est difficile de trouver un lien de parenté entre ces deux voiture. Cependant, en plein choc pétrolier, la Beta coupé mettra un an avant d'arriver sur le marché, en mars 1974.

 

 

     Durant ça carrière, la Beta Coupé a connu différentes versions, quatre exactement. L'exemplaire de cet article date de 1982, et fait donc parti de la 4ème et dernière version, qui se reconnaît grâce à sa calandre de type Lancia Delta, et par la suppression du chrome autour des vitres et des poignées.

 

 

      Cependant, pour une voiture de la 4ème série, elle n'a pas le pare choc avant "enveloppant" qui va jusqu'au passage de roues avant, il s'agit donc d'une des toutes premières Beta coupé de la 4ème série.

 

 

      Cette Beta est équipée du moteur 1300, un quatre cylindres en ligne de 1.367cm3, qui développe une puissance de 84Cv à 5.800Trs/min, un moteur calme, peu puissant pour ce type voiture.

 

 

      L'état dans lequel se trouve cette Bêta coupé est magnifique, peinture que l'on croirait neuve, les jantes sont propres, et les plastiques (becquet, tableau de bord ...) ne sont pas craquelés, chose peu courante car ces plastiques n'étaient pas réputés pour leur longévité ...

 

 

      L'intérieur, très sobre, avec des fauteuils qui font penser à ceux d'une berline. Sinon, un bon point pour le tableau de bord que je trouve très clair et facile à lire. Sinon, un petit défaut que m'a montré son actuel propriétaire, c'est le volant qui est décalé par rapport à la position de conduite du conducteur.

 

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures italiennes
commenter cet article