Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 18:59

 

          Pour cette épave, c'est encore un ami qui me l'a signalée, et qui m'y a amené, puisque il faut dire que celle-ci est très bien cachée, et bien qu'elle soit qu'à quelques dizaines de mètres d'une route, si l'on ne connaît pas son emplacement, on ne la voit pas.

 

 

             Après avoir fait un tour rapide de  cette Simca  pour deviner le nom du modèle (Chambord, Ariane, Versailles ...), et sans l'avoir trouvé au premier tour, nous avons trouvé autre chose :  le capot à quelques mètres de l'épave sous quelques ronces, nous avons pris la décision de le remettre en place.

 

 

          Le capot est un petit plus qui permet de faire des photos un peu plus sympa, avant de le remettre, nous avons fait attention à la présence de plaques constructeurs, mais aucune de donnait d'indication sur le modèle, à vrai dire, il n'en restait qu'une qui ne comportait que les préconisations des huiles à mettre. Le moteur, quant à lui, n'était plus en place, comme sur beaucoup d'épaves.

 

 

          En revanche, contrairement à beaucoup d'épaves, il est à noter que cette Simca comporte quasiment tout ces vitrages, alors que c'est l'élément qui dure le moins longtemps sur une épave, étant source d'amusement pour des (jeunes) casseurs, ce qui nous prouve à quel point cette Simca est cachée et peu connue.

 

 

          Puis, à force de tourner autour de cette épave, mon ami devine nom du modèle, il s'agit d'une Ariane. En effet, sur l'aile arrière, on arrive encore à distinguer le nom car, pour ceux qui ne connaissent pas le modèle (et les Simca des années 50-60), un monogramme en aluminium était placé sur chaque aile arrière. Bien que ce dernier ne soit plus sur l'auto aujourd'hui, on devine encore la trace qu'il y a laissé.

 

 

          Dans le coffre de cette Ariane on retrouve divers vitrages, notamment des lunettes arrières n'appartenant pas à cette Simca. En cherchant un peu autour, nous retrouvons des éléments de carrosseries, de Simca 1100, mais surtout de Citroën 2Cv et d'Ami6 (des ailes et des portes), mais malheureusement, pas de caisse entières.

 

 

           L'intérieur quant à lui est en assez bon état pour une épave, tout les éléments intérieurs sont encore debout, à l'exception des fauteuils. Il est cependant regrettable de ne pas avoir pu rentrer dedans, ou d'avoir pu accéder à la vitre de la porte conducteur afin de lire le compteur, surtout le kilométrage, car les compteurs, tout comme les vitrages, sont rares sur les épaves.

 

 

          Petit détail que j'aime bien sur les épaves, c'est quand la nature reprend le dessus. Ici, la mousse à envahi la porte et une partie du pavillon du toit, le lierre grimpe le long de la porte arrière droite, et surtout, la rouille à fait son oeuvre à coté de la lunette arrière, puisque cette partie du pavillon de toit a totalement été dissoute.

 

 

          Bref, nous laissons cette Simca Ariane après une petite quinzaine de minutes d'inspection et de prise de photos, en se demandant combien de temps cette épave n'a pas été l'attention d'individus, et à la probable présence d'autres épaves sous le monticule de ronce à sa droite, car par-ci par-là apparaissent des morceaux de tôles. Nous repartons donc avec le plaisir d'avoir vu une épave en assez bon état dans un milieu naturel, chose très rare, et qui le sera encore plus demain ....

 

_____________________________________________________________________________________________

 

null  Retour à la page des épaves  null 

Repost 0
Published by alexrenault - dans autres
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 13:39

 

            Dans les années '60, Opel avait gagné une excellente image au niveau de la fiabilité, mais les voitures n'avaient rien d'exceptionnel au niveau de design, ou encore de la sportivité. Lorsque Bob Lutz arriva chez GM Europe, il changera ce dernier point avec la formule du "muscle car", qui consistera à mettre les moteurs de gamme supérieur dans le modèle de gamme inférieur, ainsi, la Kadett hérite du moteur de la Rekord, ...

 

 

           Ainsi, à partir de 1973, l'Opel Commodore reçoit de moteur six cylindres de la Kapitan, et cette version de dénommera Commodore GS/E. Ce six cylindres en ligne, de 2,8L de cylindré, alimenté par une injection électronique Bosch, développait 160Cv, à une époque ou rare étaient les berline des plus de 100CV, elle jouait ainsi avec les Mercedes 280SE ou encore BMW 1800

 

 

           Et côté performances, cela suivait, avec notamment un 200km/h de vitesse maximale, 30 secondes pour le 1.000 mètres départ arrêté .... ça restait tout à fait honorable pour le début des années 70. Cependant, la conception de la voiture en elle même limitait quelques peu ses performances, car le train avant, ainsi que les suspensions sont moins travaillés que sur ses concurrentes citées plus haut.

 

 

           La Commodore GS/E était disponible en deux carrosseries : la version berline quatre portes, ou comme dans cet article, en coupé quatre places. La version GS/E se distinguait par faceavant assez suggestive, avec une inclinaison qui rappelle quelque peu ce que faisait BMW, mais surtout par la présence du spoiler sous le pare chocs, un élément qui était symbole de la compétition automobile, car il était depuis peu installé sur les voitures de courses.

 

 

           La Commodore GS/E reçu un certain succès à son époque, notamment grâce à son prix, qui était bien inférieur à celui de ses concurrentes germaniques (la GS/E vallait 33.000 francs alors qu'il fallait compter au moins 45.000 pour une BMW ou Mercedes équivalente), mais à ce prix, le train avant et les suspensions étaient moins évolués, et la ligne, il faut bien le dire, était moins attrayante.

 

 

           La finition de l'intérieur était également assez loin de ce que l'on pouvait trouver sur une BMW ou une Mercedes, mais proposait de la place et les fauteuils assez épais restaient confortables. Le seul gros défaut de la Commodore GS/E, c'est sa consommation, minimum 15 litres aux 100km, et encore, c'est quand on est gentil avec, puisque dès que l'on commence à attaquer, la barre des 25 litres est facilement franchissable. Et c'est ce qui causera du mal à cette auto, apparue en pleine période de crise énergétique.

 

_____________________________________________________________________________________________

   Retour à la page des Opel   

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures allemandes
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 16:38

 

      La Cadillac Série 62 est une série d'automobiles produites par Cadillac depuis 1941, et ce jusqu'à 1964, elle fut destinée dès sa première année à remplacer le milieu de gamme de la série 70, et petit à petit, la Series 62 est devenu le haut de gamme de la marque.

 

 

          Le modèle présenté dans cet article est dans sa version "Sedan", c'est à dire en carrosserie dite berline, et date de 1953. Cette Cadillac 62 fait partie de la 3ème série produite entre 1948 et 1953, génération qui se caractérise par carrosserie aux formes arrondies et surtout par ses détails tels que les enjoliveurs d'ailes en forme d'entrée d'air de réacteur.

 

 

           Côté dimmensions, c'est très US, avec quasiment cinq mètres et demi de long, un empattement de 3,2 mètres, et un poids qui devait avoisiner les 2 tonnes. Le style aussi est très américain, on retrouve les diverses inspirations de l'époque, nottement envers l'aéronautique, en témoigne la forme de l'aile arrière, évoquant celle d'un réacteur d'avion de chasse, ou encore les ailerons d'ailes ....

 

 

              Et les moteurs aussi sont très américains, la serie 62 ne proposait que deux motorisations, tout deux des V8. Un avait une cylindré de 5,4l, et le second avait 5,7L, mais la différence entre ces deux bloc réside dans leur conception : Le 5,7l est un monobloc tandis que le second est un moteur à soupapes en tête.

 

 

            Cette Cadillac 62 se présente dans un bel état, et présente quelques traces de son utilisation : baguette chromée cabosée au niveau de l'aile avant, quelques petits défauts de carrosserie par endroit, mais rien de grave, disons qu'une voiture échappe rarement à cela. Il s'agit d'une voiture assez rare sous nos lattitudes, mais fabriquée à plus de 47.000 exemplaires (rien que pour la Sedan de 1953).

 

_____________________________________________________________________________________________

 

  Retour à la page des Cadillac   

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures américaines
commenter cet article
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 17:08

 

           Avant de commencer cet article, je tiens à remercier Daniel alias "Voutin" de m'avoir laisser utiliser ses photos pour mettre en ligne cet article.

          Ces derniers mois, certains lecteurs du blog m'ont demandé si j'allais à Rétromobile, c'est alors qu'est née l'idée de faire un article sur cet évènement, mais sans y aller, car ne pouvant pas m'y rendre pour diverses raisons. C'est ainsi que j'ai contacté une connaissance se rendant au salon chaque année, et qui a acceptée de me laisser utiliser ses photos.

          Rétromobile est un évenement notable autours de la voiture ancienne de par sa médiatisation, il s'agit d'une véritable vitrine de notre passion. Cependant, et c'est ce que l'on peut reprocher à ce type de salon, c'est d'être réservés à un type précis d'automobiles, la voiture de collection de luxe. Ce type de voiture fait rêver tout collectionneurs mais n'est qu'un petit pan de cet univers des automobiles anciennes réservée à une élite de personne, si ce n'est à des spéculateurs qui ne "méritent" pas ces autos. Mais cette année, Rétromobile à mis à l'honneur des voitures plus populaires, on peut citer notamment le stand du magazine Youngtimer's mettant en scène Alfa Roméo GTV, Citroën CX, ou encore Peugeot 104, des voitures qui des automobiles de collections récentes assez facilement accessibles, ou encore le stand de Renault pour les 50 ans de la Renault 4, voiture française la plus populaire au point qu'il est encore banal d'en croiser dans la rue de nos jours, et de fait, la 4L n'est pas encore une "vraie" voiture de collection.

  

                Maintenant, place au photos de l'ami Voutin

 

Tout d'abord, Rétromobile, c'est l'occasion de voir certaines automobiles que l'on ne peut voir que dans ce type de salon :

 

La Mercedes de Fangio

Alfa Roméo 6C

 Bugatti T57 Atalante Coupé

Bugatti Atlantic

Ford GT40, voiture qui marquera la compétition automobile dans les années '60.

 

 

           Cette édition de rétromobile était marqué par l'anniversaire de la petite Renault 4, qui fête ses 50 bougies. L'occasion pour Renault de faire une petite exposition sur cette voiture représentant la 4L sous toutes ses formes : simple voiture, administration, entreprise, compétition ...

 

 

          Chez Peugeot, Rétromobile a été l'occasion de sortir certaines pièces mythiques, tel que la 402 aérodynamique, ou encore la 404 Diesel des records.

L'étonnante 404 Diesel qui a battu nombre de records.

 Une barquette sur base de 104.

Ces modèles uniques étaient associés à des modèles de séries ayant marqués l'histoire de peugeot :

 

205 GTI

504 cabriolet

604 limousine

 

 

            Chez Citroën, le stand s'était orienté vers le rallye, avec les célèbres chenillettes des croisières citroën, mais également la traction du monte Carlos, diverses voitures jusqu'à la DS3 WRC qui entrera en compétition d'ici quelques semaines.

Quelques modèles plus basiques étaient tout de même présenté, quoique pas si basique que ça pour la 2CV Basquet, et la célèbre Ami6 à lunette inversée.

 

 

            Autre stand qui s'est démarqué, celui du Magazine "YoungTimer's", stand qui a mis en avant des voitures des années '80, qui ont parfois du mal à prétendre au statut de voiture de collection.

 

 

           Puis je vous laisse avec d'autres photos au détours des divers stands de ce salon.

Mercedes 300SL

 Ford Capri

 Facel Vega, une marque mythique incarnant l'automobile française de luxe des années '50

 Une petite Simca 5

Une Datsun Fairlady, très exotique

 Une monoplace

 Et une Ligier, le même constructeur qui se spécialisera plus tard dans les voitures sans permis.

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans rassemblements
commenter cet article
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 13:27

 

          Ce matin, un brouillard assez épais à recouvert la capitale limousine, mais malgré cet aléa climatique, le rendez vous mensuel Limougeaud a rassemblé un assez grand nombre d'automobiles anciennes, formant un plateau d'assez bonne qualité.  Cependant, il est à noter que malgré un effort des organisateurs afin de limiter l'accès aux voitures trop récentes, leur présence a provoqué un manque de place, obligeant certaines voitures de collection à se garer en marge du rassemblement. Par voiture récente, je ne prend pas en compte les quelques 205 cabriolet, 106 rallye ou autres fin '80 début '90, leur présence est certes discutable mais fondé par leur rareté, mais des voitures des années 1990-2000, qui servent de voiture de tout les jours.

 

Citroën Traction

 

Renault 4CV

 

Mercedes 280SL

 

Morris Mini

 

Citroën Dsuper

 

Volkswagen Type 4

 

Pontiac Trans Am

 

Renault 4 GTL

 

Matra Murena

 

Un duo de Lancia Delta

 

Renault 16 TX

 

Renault 8 Major

 

Porsche 356 Réplica

 

Morgan

 

Alpine GTA

 

Renault Dauphine

 

Fiat Ritmo Abarth

 

Même époque que la Ritmo, la Seat Fura

 

L'impressionnante Dodge Viper

 

Et un choc des générations pour finir, entre la première et la dernière Clio sport.


Repost 0
Published by alexrenault - dans rassemblements
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 21:15

 

           Construire une voiture de course sur une base de 2CV, une idée un peu folle que s'est lancé Pierre Barbot au début des années 1950, étant donné que la 2CV n'est absolument pas sportive. Mais la 2CV était doté d'autre qualités : un prix faible, poids peu élevé, et surtout, un moteur de 375cm3 afin de rentrer, avec quelques modifications, dans la catégories des automobiles de moins de 350cm3

 

 

           Et ce projet s'averra payant, puisque lors de son premier engagement en course, lors du bol d'or de Montlhéry en 1953, se conclura par un victoire dans sa catégorie, avec en prime le record de distance parcourue battu. A celase rajoute une série de 9 records mondiaux battus avec la société Yacco, parmi lesquels on peut citer la distance parcourue en 1.000 et 2.000 km, 1.000 miles, 12 et 24h ...

 

 

            Pour arriver à ces résultats, Pierre Barbot transformera entièrement la 2CV, à tel point qu'il n'y a que très peu de pièces communes entre 2CV et 2CV Barbot, seul les ailes et la formes du capot on été conservés afin de garder l'identité de la petite Citroën. Comme transformation majeure, on note le raccourcissement du châssis de 25cm pour gagner en maniabilité.

 

 

             La 2CV barbot originale n'existe plus de nos jours, ayant été détruite. Cependant, un petit nombre de passionnés continuent de faire vivre cette voiture du fait du souvenir qu'elle a laissée. Ainsi, nombre de répliques ont été construites, plus ou moins réussies. Celle présentée dans l'article fait partie des meilleures répliques de Barbot construites.

 

 

           Conduire une réplique d'une 2CV Barbot dans le flot routier actuel est quelque chose d'assez peu aisé, d'une part car l'immatriculation d'une telle voiture est assez difficile, mais également de part ses dimensions, comme on peu le voir sur la photo ci-dessous en comparaison avec le camion ... en arrière plan.

 

_____________________________________________________________________________________________

 

http://images.forum-auto.com/mesimages/385400/Sans titre.jpgRetour à la page des Citroënhttp://images.forum-auto.com/mesimages/385400/Sans titre.jpg 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures françaises
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 21:29

 

          Au cours des années 60's, Alfa Roméo tente, en même temps que divers constructeurs européens, une perçée sur le marché des Etats-Unis. Les marques européennes débarquent sur le continent nouveau avec toute leur gamme, mais les modèles se retrouvent quelques peu modifiés afin

 

 

          Nous avons là une spider de seconde génération, dite Coda Tronca, reconnaissable par sa face arrière avec ses feux rectangulaires en un seul bloc, également du fait qu'il n'y ai pas de plastique sur cette face. Cependant, la face avant de ce Coda Tronca ne correspond pas à cette série...

 

 

            En effet, les normes de sécurité aux Etats-Unis étant différentes des normes européennes, l'Alfa Roméo Spider reçoit afin d'être homologuée des pare-chocs proéminants, dits à absorption d'énergie en cas de chocs. De plus, cette version US, dite "américa", reçoit des catadioptre sur les côtés, à chaque extrémité.

 

 

          Du côté des motorisations, la Spider América ne reçoit qu'un seul type de moteur et spécifique au marché américain, un quatre cylindre de deux litres de cylindrée à injection, celui-ci développe environ 120Cv.

 

 

            Cette Alfa Roméo Spider América est dans un très bel état, et il est assez marrant de voir ces autos destinées au marché outre atlantique revenir en Europe. Hormis quelques élements de carrosserie repeints, et le caoutchouc des pare chocs un peu usés par le temps, il n'y a aucun défauts à signaler. Seul la couleur de la capote choque quelque peu, mais se retrouve être assortie avec la couleur de l'intérieur.

 

 

______________________________________________________________________________________________

http://images.forum-auto.com/mesimages/385400/Sans titre.jpg3..jpg  Retour à la page des Alfa Roméo  http://images.forum-auto.com/mesimages/385400/Sans titre.jpg3..jpg 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures italiennes
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 19:33

 

 

 4 portes

 2 portes

 cabriolet

 GTI

 Fourgonnette

Repost 0
Published by alexrenault - dans autres
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 14:42

 

          Le Volkswagen Transporter est un utilitaire qui remplace le célèbre Volkswagen Combi en 1979. Le Transporter  coupe tout lien avec les deux versions qui l'ont précédés sur le plan du design, fini les formes arrondies des Combi, mais conserve certaines caractéristiques techniques telles que le moteur à l'arrière.

 

 

           C'est en 1979 qu'apparaît le Transporter, soit à peu près trente ans après la sortie du premier Combi, et surtout, plus de cinq millions d'unités écoulée. Volkswagen souhaitait faire du combi un véhicule offrant une grande capacité de chargement, c'est ainsi que ce véhicule adopte un design plus carré que celui des combi, mais également un grand hayon arrière, et surtout, le volume occupé par le moteur à l'arrière a été fortement réduit.

 

 

           Pour les motorisation, le Transporter était disponible avec des moteurs refroidis par air ou par liquide. Pour les moteurs à refroidissement liquide, une seconde calandre était rajoutée entre les deux clignotants pour permettre un meilleur apport d'air sur le radiateur. L'exemplaire de cet article en est pas équipé, il s'agit donc d'un modèle à moteur refroidit par air.

 

 

         Et concernant les moteur refroidit par air, deux cylindrés étaient disponibles. Tout deux étaient des quatre cylindres à plat, avec au choix, la version 1,6 litre qui développait 50Cv, ou bien, la version deux litres, qui donnait 20Cv de plus et portait la puissance à 70Cv.

 

 

            Afin de pouvoir accomplir toute sorte de tâches, le Transporter a été décliné en différentes versions. Nous avons ici la version minibus, qui se reconnaît grâce à ses vitres latérales (la version Combi enétait également équipée) et ses neuf places. Il s'agit plus d'un véhicule de tourisme qu'un utilitaire, précurseur, en quelque sorte, des monospaces.

 

 

           Ce transporter minibus est dans un son état d'origine, avec cette teinte verte propre à ce véhicule et légèrement passée, ce à quoi on rajoute les coups sur la carrosserie attestant de l'utilisation de ce transporter. Et c'est bien comme cela que je les préfère, avec une teinte flashy un peu passé et quelques bosses.

 

_____________________________________________________________________________________________

 

Retour à la page des Volkswagen 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures allemandes
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 18:43

 

          La Pontiac Trans Am est une voiture sportive produite depuis 1967, elle est une dérivée de la Pontiac Firebird. A la base, la Trans Am était déstinée à conccurencer la Mustang sur le marché des pony cars, avant de devenir au fil des évolutions une muscle car.

 

 

          Comme beaucoup de voitures américaine, le nom de Trans Am traversa les décénnies sous de nombreuses versions différentes. Pour cet article, on s'interessera à la troisième version, en particulier du modèle 1982, année du modèle présenté dans cet article, et premier millésime de la troisième génération de Trans Am.

 

 

          Extérieurement, cette version de la Trans Am est peut-être l'une des plus discrète de toute, avec une ligne plus  fluide et moins agressive, mais il s'agit surrement de la version la plus mythique, puisque ce même modèle à servit dans la série K2000, qui sera au passage diffusée jusqu'en 1986.

 

 

           Du côté des moptorisation, la Trans Am de 1982 était équipée d'un moteur V8 de 305 Ci de cylindrée, soit 5,0L. Il s'agit là des moteurs de les plus gros de la gamme des Firebird (véhicule qui sert de base à la Trans Am). Celui-ci développait 175Cv, et la vitesse maximale annoncée était de 201km/h.

 

 

        Cette Trans Am se trouve dans un bon état général et d'origine. La peinture est quelque peu passée par endroit, les stickers sont vieillit par le soleil, mais tout cela donne un style à cette voiture. Cette version de la Trans Am reste tout de même intéressante de par son design, qui change quelque peu de ce que l'on peut avoir sous nos lattitudes.

 

 

_______________________________________________________________________________________________

  Retour à la page des Pontiac   

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures américaines
commenter cet article