Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 14:08

 

          En 1967, Simca lance la 1100, voiture qui deviendra une des plus emblématiques pour la marque avec l'Aronde et la 1000. Elle préfigure les compactes françaises : traction avant, moteur transversal, suspension à quatre roues indépendantes, et divers variantes en carrosserie : trois portes, cinq portes berline, break trois portes ou cinq portes.

 

 

            A partir de Juin 1970, Simca sort la 1100 Spécial, disponible en trois et cinq portes. Cette version est destinée à compléter la gamme des 1100 et de proposer une version haut de gamme, elle se distingue par quelques éléments spécifiques, un intérieur plus complet, et surtout, par un moteur plus puissant.

 

 

            Du fait des qualités de tenue de route de la 1100, Simca pouvait envisager de faire une version plus musclée de sa compacte. Simca disposait déjà d'un moteur puissant et énergique avec le quatre cylindres en ligne de la Simca 1200, c'est donc celui-ci qui sera monté dans les premières 1100 spéciales.

 

 

           Ce moteur de 1.204cm3 développait 75Cv DIN à 5.800Trs/min, celui été accouplé à une boite à quatre rapports. Côté des performances, la 1100 Spécial était capable d'un 160km/h de vitesse maximale, et devançait toutes ses concurrentes, quelle soit françaises ou étrangères. Cependant, ce moteur est très assez délicat à régler et sera remplacé quelques mois plus tard par un 1.294cm3, encore plus puissant...

 

 

             En ce qui concerne l'extérieur de la voiture, la 1100 Spécial se distingue par des longues portées placés dans la calandre, et par ses enjoliveurs qui reçoivent une touche de rouge en leur centre. Quant à l'intérieur, la 1100 reçoit un équipement complet : compte tours, console centrale, volant sport à trois branches, appuie-tête ...

 

 

            Cette 1100 Spécial se présente dans un état assez proche du neuf, ce qui fait plaisir à voir sur une automobile populaire, du moins, populaire par ses chiffres de vente, puisque la 1100 à aujourd'hui disparue du paysage automobile.

 

_____________________________________________________________________________________________

 

  Retour à la page des Simca  

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures françaises
commenter cet article
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 14:06

 

          En 1974, la mythique Porsche 911 type 901 est remplacée par la Porsche 911 type 911. Cette nouvelle version a été faite pour répondre au marché américain et à ses normes en matière de sécurité, mais garde l'aspect de la première 911 pour continuer le mythe.

 

 

          Cette nouvelle 911 se distingue tout d'abord par ses pare-chocs bien plus épais que sur la version précédente, et aux extrémités de ceux-ci se trouve un morceau de plastique noir en forme d'accordéon. Cela a été fait pour répondre aux normes américaines de sécurité. Hormis quelques autres détails, l'allure de la type 911 ressemble à deux gouttes d'eau à celui de la type 901.

 

 

        La Porsche 911 de cet article est équipée du moteur 3.0. Durant la première année de commercialisation, seul le moteur 2,7L était disponible, en trois version développant 150, 175 et 210Cv. C'est pour donner un plus grand choix a ses clients que Porsche lance en 1975 le moteur 3.0, dérivé du 2,7, ce nouveau bloc développe 200Cv à 6.000trs/min et est accolé à une boite à quatre rapports. 

 

 

          La 911 3.0 était un modèle doté d'un équipement très complet et luxueux. Le compteur de vitesse était gradué jusqu'à 300km/h, directement repris de la 911 2,7 RS, mais sa vitesse maximale était de 235km/h. Ce modèle adopte également les ailes élargies de la 911 2.7 RSet les poignées de porte, tout comme les entourages de vitre de couleur noir. C'est également ce modèle qui reçut en premier les jantes Fuchs. 

 

 

          Cette Porsche 911 est dans un très bel état et très propre. Cette version n'est pas équipée de l'aileron proéminent célèbre à ce modèle, qui est certes pratique à haut vitesse, mais gâche un peu la ligne de la voiture. Une bonne note les jantes Fuchs de couleur noir à bord gris qui s'accommodent très bien avec la teinte grise de cette 911, et le noir des plastiques.

 

 

______________________________________________________________________________________________

 

 Retour à la page des Porsche

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures allemandes
commenter cet article
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 13:34

 

          La Fiat 124 est une petite berline lancée en 1966 et une des voitures les plus connues de Fiat des années '60. Elle prend la releve des Fiat 1100 et 1300-1500, et devait être une voiture moderne et fiable.

 

 

          La 124 est une voiture doté de qualités, il s'agit bien d'une voiture moderne tel que Fiat le voulait, et fiable. D'ailleurs, le moteur conçu par un ancien ingénieur de ferrari reçut les éloges de la presse automobile européenne, et sa conception autour d'une très bonne plate forme, permet à la 124 d'être une des Fiat les plus réussies, et recevra même le prix de voiture de l'année 1967.

 

 

           Concernant le moteur, la 124 embarque un quatre cylindre en ligne qui fut développé en même temps que la voiture. Il s'agit d'un moteur mono arbre à came, de 1.197cm3 de cylindré, qui développe 60Cv DIN, et qui permet à l'auto d'avoir de bonnes performances, entre autre, 145km/h en vitesse maximale, et une consommation assez faible. Il est à noter que cette Fiat est une propulsion.

 

 

          Cette Fiat 124 est dans un bel état, et d'origine de surcroît. Cet exemplaire de 1975 à été très bien conservé, cela fait plaisir à voir sur une modèle qui se fait rare et dont les version coupé et cabriolet sont bien plus nombreuses que la version berline. Il s'agit également de la dernière série de 124 berline produite, qui fut arrêté en 1975, remplacé par la fiat 131.

 

 

           L'intérieur est également en très bon état, et très propre : les fauteuils en Skaï ne sont pas déchiré, les moquettes ne sont pas tachées ...

          La photo si dessous montre un macaron placé à l'arrière de cette Fiat 124, il s'agit d'un autocollant pour le Transit Temporaire, les voitures dans ce cas devaient avoir un autocollant  qui indiquait que l'automobile avait le droit de circuler en France avec des plaques françaises au cours de l'année mentionnée. Les plaques d'immatriculation avaient les lettres TT (pour transit temporaire), avant de devenir des plaques rouge.

 

 

_____________________________________________________________________________________________

 

  Retour à la page des Fiat

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures italiennes
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 13:42

 

           En 1974, la Ford Mustang tire sa révérence et est remplacé par un modèle plus petit, qui ne garde rien sauf le nom. Cette nouvelle Mustang est construite sur une base de Ford Pinto ou Capri. D'ailleurs, du fait de la crise pétrolière survenue quelques années avant la sortie de la mustang II, celle-ci emportera des moteur européens...

 

 

           La Ford Mustang II à une philosophie totalement différente par rapport à la première. Cette nouvelle version arbore un style plus européen, et devient par la même occasion un coupé luxueux, fini la voiture bon marché que représentait la première version.

 

 

          Cependant, pour certains puristes, la mustang II représente un retour aux sources de la Mustang I, qui s'était éloigné de son concept originalvers 1967-1969 avec l'arrivée des gros blocs moteurs, faisant de la pony car une muscle car. D'ailleurs, la Mustang II rejoint le gabarit de la Mustang de 1964, et reçoit divers éléments perdus en cours de route : moulure latérale, phares à l'extérieur de la calandre, ...

 

 

             Pour les moteurs, comme indiqué plus haut, Ford a repris des moteurs européens, un quatre cylindre en ligne de 140CID et un V6 de 171CID. Seul un V8 de 302CID reste comme moteur américain, mais n'aura pas un grand succès. Pour la mustang qui illustre cet article, elle est équipée du V6.

 

 

          Cette mustang II est dans sa version de carrosserie Ghia, qui est en fait la même carrosserie que le modèle de base, un coupé 2+2 tricorps, sur lequel est rajouté du vinyle sur une partie du toit. Cette version proposait également divers équipements un peu plus luxueux que la version de base.

 

 

_____________________________________________________________________________________________

  Retour à la page des Ford  

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures américaines
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 13:12

 

         La Panhard 24CT est un coupé produit de 1964 à 1967, elle sera la dernière voiture de Panhard, le doyen des constructeurs automobiles qui avait débuté la production en série d'automobiles en 1890. La Panhard 24 était une voiture innovante en plusieurs points comme le design, la sécurité ... mais elle ne connaître pas le succès qu'elle aurait du avoir.

 

 

             La conception de la Panhard 24 débute en 1959 lors du lancement de la PL17, mais Panhard n'eut pas latotale liberté de developpement d'une nouvelle voiture du fait d'accord passé avec Citroën, qui lui interdisait de développer une berline (pour proteger la DS et l'Ami6), c'est ainsi que fut développé un coupé 2+2 qui deviendra Panhard 24.

 

 

         Sur cet article, nous avons une Panhard 24 CT, la version qualifié de "coach" et la plus vendue avec 14.181 exemplaires, elle se distingue par une vitre de custode plus courte que sur les version B.

 

 

         Côté moteur, la 24 CT embarque un bicylindre à plat de 848cm3, un moteur qui remonte aux premières Dyna. Celui-ci développe 50Cv DIN à 5.750Trs/min et permet une vitesse de pointe de 150km/h. Cependant, la boite de vitesses possède des rapports trop long et un étalement favorisant la vitesse de pointe sur le plat.

 

 

          La Panhard 24CT a un excellent comportement routier du fait de sa conception autour d'un châssis tubulaire. Un des autres atouts de cette voiture est son équipement très complet pour l'époque et l'intérieur est très soigné. Bref, la 24 était une auto doté de qualité et ingénieuses, Panhard réussit là un coup de maître avec le peu de moyen et de liberté dont la marque disposait.

 

 

           Cette 24CT se trouve dans un bon état et surtout, totalement d'origine. La carrosserie présente qu'un seul et minime coup au niveau du passage de roue arrière droit. Quant à la peinture, cette livrée jaune avec le toit vert va superbement bien sur le design de la 24, après, il faut aimer les couleurs vives, une histoire de goûts...

 

_____________________________________________________________________________________________

  Retour à la page des Panhard   

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures françaises
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 14:29

 

          La Vespa 400 est une microcar de petite taille comme les italiens les aiment, elle a été produite entre 1957 et 1961 à plus de 30.000 exemplaires. Bien que cette voiture soit italienne, la totalité de la production a été faite en France.

 

 

          En effet, les Vespa 400 ont été produite en France du fait de querelles entre Piaggio et Fiat, ce dernier, ne voulant pas voir la 500 concurrencer, aurait fait pression sur les équipementiers italiens. C'est ainsi que Piaggio a déplacé la production des Vespa 400 en France, et toute les pièces proviennent d'équipementiers français (Solex, Paris-Rhone, Ducellier ...)

 

 

            La Vespa 400 est une petite voiture avec seulement deux places, et qui propose de nombreux atouts : le toit ouvrant simple à ouvrir ou à refermer, un moteur nerveux pour la ville et fiable,  on peut également noter la qualité de la tôle utilisée, sur laquelle la rouille à "du mal" à se fixer.

 

 

           Côté moteur, la Vespa 400 reçoit un deux cylindres en ligne à deux temps de 393cm3, celui développe 12Cv DIN à 4.350trs/min. Le moteur, tout comme la boite et le différentiel, sont placés à l'arrière de la voiture. Pour les performances, la vitesse maximale est de 93km/h

 

 

              Cette Vespa 400 se présente dans un bon état, bien que l'on puisse noter quelques défauts, dont le plus flagrant concerne les feux arrières, sur ce modèle, ils ont été remplacés par des feux de Renault 4. Le montage de catadioptre à l'arrière est certe pratique mais assez peu esthétique.

 

_____________________________________________________________________________________________

 

 Retour à la page des Vespa  

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures italiennes
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 13:29

 

            De nos jours, une voiture en fin de vie ou accidentée finie chez un professionnelde la destruction automobile (casse), mais cette mentalité, ancrée depuis peu, n'a pas toujours été d'actualité. En effet, durant toute une époque, une automobile en fin de vie était mise là où elle ne génerais pas, au fond d'un bois, d'un champs, voire dans des décharges sauvages, canaux ...

 

http://images.forum-auto.com/mesimages/416409/2CV AZ (photo 2).jpg6..jpg

 

         Cette 2CV AZ a été abandonnée dans un bois dans les années 80 suite à un léger accident et du fait que le moteur était en train de lâcher, le propriétaire ne souhaitant pas faire des frais dans une voiture de plus de 30ans, et qui, à cette époque, n'avait que très peu de valeur.

 

 

           Si je connais ces informations, c'est que cette 2CV a été la voiture de mon grand père, et elle fut sa première voiture, comme beaucoup d'agriculteurs. Elle lui servira donc fidèlement durant trois décennies, avant de finir au fond d'un champs où elle restera durant une dizaine d'année, avant de partir dans un bois.

 

http://images.forum-auto.com/mesimages/416409/2CV AZ (photo 2.2).jpg8..jpg

 

         Aujourd'hui, il ne reste plus grand chose de cette 2CV, la caisse, les portes dont la plupart sont abîmées par des impacts de tirs, les ailes, y compris les ailes avan,ts qui sont dans la voiture, et concernant l'équipement intérieur, seul le volant et le compteur sont encore présent. Tout le reste a été, soir gardé par l'ancien propriétaire, soit pillé.

 

 

_____________________________________________________________________________________________

 

null  Retour à la pages des épaves  null 

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans autres
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 21:24

  

          La Toyota Célica est une voiture sportive lancée en 1970 et qui sera produit jusqu'en 2006 sous 7 générations différentes. Assez bon marché, elle rencontrera un certain succès, aidée par la fiabilité de Toyota, mais également par le design sur les premières générations, copiant les Ford Mustang.

 

 

           Sur cet article, nous avons un exemplaire de la première version, produite entre 1970 et 1975. Ici, il s'agit d'une Célica TA22, reconnaissable par ses deux aérations sur le capot, éléments qui permet de faire de suite la différence entre une TA22 et une TA23 (qui a une bosse sur tout le capot). Cet exemplaire est une version ST, l'une des trois disponible à l'export.

 

 

          Côté moteur, il ne fallait pas être difficile, car le choix se limitait à une seule motorisation : un quatre cylindres en ligne de 1.5800cm3 qui développe 89Cv. Celui ci est couplé à une boite à cinq vitesses. Pour les performances, on note un 176km/h de vitesse maximale, et 10,2 secondes pour le 0-100km/h.

 

 

           Cette Célica TA23 se présente dans un assez bon état malgrès quelques bosses etrayures, et malgré les 40 ans du modèle qui approchent, la mécanique tient toujours la route. Les Célica de cette époque là sont des voitures rares, comme beaucoup d'automobiles japonaises, du fait de la réglementation française de l'époque, qui limitait le marché aux constructeurs japonnais.

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures - autres pays
commenter cet article
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 14:54

 

          La marque Chrysler commence véritablement son activité en 1925 suite au rachat de Maxwell, ce qui permit une production en série des automobiles Chrysler, et surtout, de diversifier la gamme.

 

 

          C'est en 1926 que sort la type 70, en même temps que quatre autres modèle. Celle-ci était disponible en plusieurs versions (9 au total), ce qui permettait d'avoir le choix entre diverses carrosseries, un nombre de place allant de deux à sept, et un prix variant entre 1.395 et 1.895$.

 

 

          Sur cet article, nous avons la version roadster deux portes de la Chrylser VP70 (model 70). la version roadster est une des versions les plus rares sur ce modèle, à noter que la VP70 a été construite à 72.039 exemplaires en 1926, toutes versions confondues.

 

 

          En ce qui concerne le moteur, il ne fallait pas être difficile, puisque seul un six cylindres en ligne était disponible. Ce moteur de 218,6 de cylindrée (environ 3.580cm3), développait 68Cv à 3.000Trs/min. Ceci permet à l'auto d'aller jusqu'à 90km/h.

 

 

          Cette VP70 Roadster est dans un très bel état, l'auto a du recevoir un restauration il y a quelques (dizaines d') années au vue de la légère patine. La teinte en deux tons s'accorde avec les jantes en bois, et les pneus à flanc blanc permet de donner un effet à l'ensemble.

 

_____________________________________________________________________________________________

 

  Retour à la page des Chrysler 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures américaines
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 21:56

 

         Comme il est de coutume chez Peugeot, chaque berline est dérivé en version coupé et cabriolet, et depuis la 404, ces deux versions sont dessinées par Pininfarina. Autant on pouvait voir le lien de parenté entre la 404 berline et coupé, Pininfarina s'est un peu plus "laché" sur la 504 coupé.

 

 

         En effet, Pininfarina a donnéà la 504 coupé une ligne totalement différente de celle de la berline, ce qui confère à ce véhicule une véritable identité, bien que la ligne ne soit pas exentrique, son élégance fait oublier les lourdeurs du trait de la 504, et reste conforme a ce que peut attendre la clientèle de Peugeot.

 

 

           Il est à noter que pour arriver à ce résultat, Pininfarina a repris la base de la 504 sur laquelle l'empattement est raccourcis de 19cm, la voie arrière de 5cm, au final, le coupé se retrouve avec 13cm en moins que la berline. Cependant, le poids est supérieur de 80kg par rapport à la berline du fait des renforts pour rigidifier la caisse.

 

 

          Sur cet article, il s'agit de la première série de 504 coupé, reconnaissable par ses doubles phares avant, ses feux arrière obliques et ses pare-choc chromés. Je situerais cette auto entre 1972 et 1975, 1972 étant l'année ou un compte tour prend place sur le tableau de bord, et le frein à main prend place entre les fauteuils. Quant à 1975, il s'agit de l'arrivée du V6 PRV et de quelques retouches stylistique : feux arrières en un seul bloc, calandre différente ...

 

 

          Côté moteur, il s'agit d'un quatre cylindre en ligne d'une cylindré de 1,8 litre, de 90Cv, celui-ci a été repris sur la 404 Coupé. En 1971, Peugeot améliore un peu ce moteur du fait d'un manque de performance. C'est ainsi que la cylindré passe à 2 litres, avec une puissance portée à 104Cv et une vitesse de pointe à 180km/h. Cependant, ces modifications ne changèrent pas grand chose sur le tempérament de l'auto.

 

 

          Les 504 coupé sont devenues rares, souffrant énormément de la rouille. Très peu sont arrivés jusqu'à nous dans un état comme celui de cet exemplaire, avec une carrosserie très saine et un intérieur propre. Sur les 504 première séries, le tempérament n'est pas sportif du tout, mais la fiabilité est au rendez vous.

 

_____________________________________________________________________________________________

 

http://images.forum-auto.com/mesimages/385400/Sans titre.jpg1..jpg retour à la page de la marque Peugeot http://images.forum-auto.com/mesimages/385400/Sans titre.jpg1..jpg 

 

 

 

Repost 0
Published by alexrenault - dans voitures françaises
commenter cet article